Niger : après plus de 7 mois de suspension, les putschistes autorisent cette compagnie aérienne à reprendre ses vols vers Niamey

Cette compagnie européenne décide d'éviter l'espace aérien iranien

Crédit photo : Echos / Shutterstock

Après plus de 7 mois de suspension, Asky, la compagnie aérienne panafricaine basée à Lomé va reprendre ses activités au Niger.

En clair, elle pourra commencer par desservir Niamey à partir du 2 mars 2024.

L’information a été confirmée par les responsables de la compagnie sur les réseaux sociaux.

Cette reprise intervient quelques jours seulement après l’annonce de la CEDEAO de suspendre les sanctions prises contre le Niger, à la suite du coup d’État qui a renversé en juillet 2023, le président Mohammed Bazoum. Des sanctions qui ont finalement été levées par la Communauté sous-régionale.

Pour la compagnie, « ceci ouvre peu à peu la voie vers une normalisation du trafic aérien sous-régional depuis son hub de Lomé ».

Avec Ethiopian Airlines comme partenaire stratégique et le Togo comme actionnaire, Asky est soutenue par des institutions bancaires régionales africaines telles que la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC), la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et le groupe ECOBANK (ETI).

Asky opère aujourd’hui avec une flotte de quatorze appareils, desservant vingt-huit villes dans vingt-six pays africains.

Il convient de souligner que plusieurs compagnies aériennes sont interdites de vols vers Niamey.

Parmi ces compagnies, on retrouve Air France et d’autres compagnies européennes.

Les nouveaux hommes forts de Niamey ont entamé depuis leur arrivée au pouvoir un bras de fer avec les occidentaux.

Pour ne rien rater de l’actualité dans le monde, suivez-nous sur TikTok en cliquant ici.