Manœuvres militaires : la Chine déploie des militaires à la frontière de ce pays de l’UE

exercices militaires Chine

Crédit photo : Le Journal de Québec

L’armée chinoise a entamé cette semaine une série d’exercices militaires conjoints avec l’armée bélarusse à Brest, au Sud-Ouest du pays, à la frontière de la Pologne, et donc de l’Otan, actuellement réunie en sommet à Washington.

« Le 8 juillet a eu lieu la cérémonie d’ouverture de l’entraînement militaire conjoint ‘Assaut de Faucon – 2024’ entre la Chine et le Bélarus, à Brest, au Bélarus », selon un communiqué du ministère chinois de la Défense ce mercredi 10 juillet 2024.

« Les commandants des deux parties ont exprimé l’espoir qu’à travers ces exercices, il sera possible d’apprendre l’un de l’autre, d’améliorer les techniques de combat et d’approfondir la coopération et la communication entre les deux armées« , selon le communiqué, qui précise que les exercices dureront jusqu’à la mi-juillet, mais ne dit rien du nombre de soldats ni des équipements engagés côté chinois.

Le ministère bélarusse de la Défense n’a pas apporté plus de précisions, indiquant qu’il s’agissait de manœuvres « antiterroristes ».

Avec ces exercices, la Chine déploie des militaires à la frontière de l’Otan, sur le territoire du plus proche allié de la Russie et voisin de l’Ukraine, alors que Moscou considère les Occidentaux comme une menace existentielle.

Pékin, proche allié de Moscou, entretient aussi des relations de plus en plus tendues avec l’Alliance, réunie en sommet à Washington du 9 au 11 juillet 2024.

Si des exercices militaires chinois ont déjà eu lieu dans le passé au Bélarus, ceux de cette semaine sont les premiers depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022.

Ils sont surveillés de près à Varsovie. « Le ministère de la Défense surveille et analyse en permanence la situation » à la frontière, a indiqué ce ministère, « il en va de même pour les exercices antiterroristes » sino-bélarusses.

« En dépit de l’annonce d’une participation à petite échelle des forces et des ressources de la République populaire de Chine, le ministère de la Défense voit bien le risque que ces opérations soient utilisées à des fins de désinformation et de propagande (…), à l’occasion du sommet de l’Otan qui commence à Washington », selon cette source.

La guerre en Ukraine et le soutien occidental à Kiev face à Moscou est un sujet central du sommet de Washington.

Avec l’AFP