UA: Le Bureau interafricain des ressources animales (AU-IBAR) recrute pour ces 02 postes (22 Juin 2022)

Informations sur l'Emploi

Titre du Poste : 02 postes

Lieu du Travail : Kenya

Description de l'Emploi

Le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (AU-IBAR) est un bureau technique spécialisé du Département de l’agriculture, du développement rural, de l’économie bleue et de l’environnement durable (DARBE) de la Commission de l’Union africaine (CUA). L’UA-BIRA a pour mandat de soutenir et de coordonner le développement durable et l’utilisation des ressources animales (bétail, pêche et faune sauvage) afin d’améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire et de contribuer au bien-être et à la prospérité des populations des États membres de l’UA.

POSTE 1

Consultation d’un expert en bien-être animal

Portée du travail

Sous la supervision directe du Responsable principal de la santé animale et du Responsable technique du bien-être animal à l’UA-BIRA, le titulaire du poste entreprendra les domaines de travail ciblés suivants afin d’atteindre les objectifs de ce contrat :

Soutenir le secrétariat de l’APAW à l’UA-BIRA dans la coordination et la mise en œuvre des activités liées à l’AW avec les communautés économiques régionales (CER), les États membres (EM) et les partenaires/ONG,
Mettre en œuvre et fournir des examens réguliers des progrès, des retours d’information, des mécanismes de communication et des échanges sur les progrès de la mise en œuvre de l’AWSA et du plan d’action ;
Mettre à jour, organiser et programmer les réunions du Comité de coordination et de l’Assemblée générale ;
Fournir un soutien pour les consultations et les études telles que le développement de stratégies nationales et régionales de l’AW, l’établissement et l’opérationnalisation des réseaux régionaux de l’AW, entre autres.
Fournir un soutien technique au responsable technique de l’AW à l’UA-BIRA dans le développement et la mise en œuvre du plan de travail annuel de l’ANEPA.
Donner des conseils sur les actions (existantes/restantes), les besoins en capacités/conseils pour les actions prioritaires.
Examiner le RAWS et les plans d’action, et donner des conseils sur les priorités et l’ordre logique des projets (et la faisabilité des actions incluses). Il s’agira notamment d’évaluer quelles ressources sont réellement nécessaires pour le projet et d’où elles peuvent être le plus facilement obtenues.
Soutenir la coordination avec les groupes de travail, les ONG et l’APAW sur les compétences/expériences internes, afin de s’assurer qu’elles sont maximisées.
Évaluer les meilleures compétences/ressources/expertise disponibles pour les actions prioritaires (y compris par le biais des ONG, des EM et des CER).
Donner des conseils sur les groupes de travail des membres intéressés de l’APAW pour les projets prioritaires.
Soutenir le développement de plans d’action détaillés pour les projets prioritaires – avec un calendrier, des responsabilités et des allocations de ressources.
Se faire le champion de l’établissement et de l’opérationnalisation des réseaux régionaux de bien-être animal en Afrique et au niveau des États membres ;
Effectuer toute autre tâche confiée par le directeur de l’AU-IBAR.

Exigences

Formation et expérience

Au moins un diplôme de troisième cycle en sciences animales, en médecine vétérinaire et en production animale.
Au moins 10 ans d’expérience progressive dans le développement des ressources animales, la santé et le bien-être des animaux, l’élaboration de politiques et de stratégies, y compris le travail avec des organisations internationales et des gouvernements dans les domaines pertinents de la mission.
Connaissance et expérience des questions et du contexte du bien-être animal en Afrique.
Compétences avérées en matière de gouvernance du bien-être animal en Afrique [politique et réglementation], excellentes aptitudes à la communication et visage familier aux principales parties prenantes du bien-être animal en Afrique, notamment les CVO, les CER et les organisations de protection des animaux, et expérience de travail dans le domaine du bien-être animal.
Connaissance et expérience du travail dans le développement de politiques, de stratégies, de lois, de programmes et de projets, de législation sur les questions liées au bien-être animal.
Expérience de travail au niveau continental ou régional
Connaissance des structures et des domaines d’intervention de l’OIE et de l’UA-BIRA.
Expérience de l’engagement des CER et des États membres dans les questions liées aux maladies animales.
Expérience de travail avec des réseaux ou des secrétariats nationaux, régionaux, continentaux et mondiaux.

Autres aptitudes et compétences

Le candidat doit connaître la Stratégie de développement de l’élevage en Afrique (LiDeSA), la Déclaration universelle pour le bien-être animal (UDAW), la Stratégie pour le bien-être animal en Afrique (AWSA), la Plateforme africaine pour le bien-être animal (APAW), le Comité de coordination (CC-APAW) et la Conférence africaine sur le bien-être animal (AAWC).
Critères d’évaluation et d’attribution

Les candidatures seront évaluées sur la base des qualifications techniques pertinentes, de l’expérience et de la compétence des candidats. Les candidatures reçues seront examinées sur la base des critères ci-dessous :
Critères Scores (%)
Qualifications 20
Expérience générale 30
Expérience spécifique 35
Autres compétences 10
Maîtrise d’au moins 2 langues de l’UA 05
Intégration de la dimension de genre

La Commission de l’UA est un employeur qui respecte l’égalité des chances et les femmes qualifiées sont vivement encouragées à postuler.

Durée et rémunération

La durée de la mission est de six (6) mois. Le contrat commencera dès la prise de fonction sur le lieu d’affectation. Le contrat est renouvelable sous réserve d’une performance satisfaisante et de la disponibilité des fonds.

Les honoraires professionnels s’élèvent à 6 000 dollars US par mois, après approbation par le superviseur d’un rapport technique mensuel. Aucun autre paiement ne sera effectué au titre de cette consultation.
Les frais de mission seront couverts séparément, conformément aux règles et règlements applicables de la Commission de l’Union africaine.
Supervision et rapports

Le candidat retenu sera sous la supervision directe du responsable principal de la santé animale et du bien-être de l’UA-BIRA et sous la supervision générale du directeur de l’UA-BIRA. Le Senior Animal Health Officer sera responsable de l’approbation des rapports techniques.
Lieu d’affectation

Il s’agit d’un poste à temps plein, le lieu d’affectation du consultant étant l’AU-IBAR, Nairobi, Kenya, avec des déplacements pour des missions spécifiques convenues avec la direction de l’AU-IBAR. Les candidats doivent s’assurer qu’ils ont la capacité d’entreprendre la mission dans le lieu d’affectation au début du contrat.
Soumission des candidatures
Procédures de candidature

Les candidatures doivent comprendre les documents suivants :

Un curriculum vitae (CV) détaillé
Copies des documents de certification académique et professionnelle
Déclaration sur les critères d’exclusion (voir format ci-joint) ».
Documents d’identification

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 14 juillet 2022 à 17 heures, heure locale de Nairobi.

L’adresse pour la soumission des candidatures est [email protected] Les candidatures soumises à toute autre adresse, y compris aux boîtes aux lettres individuelles au sein de l’UA-BIRA, ne seront pas acceptées. Les candidatures envoyées par courrier électronique doivent inclure le titre du poste de consultant dans l’objet du courrier électronique.

Les demandes d’éclaircissement peuvent être envoyées à [email protected] avant le 30 juin 2022.

POSTE 2

Consultant – Développement de programmes et de contenus de cours pour la politique, l’investissement, la communication et le plaidoyer en matière d’élevage (LIPICA)

Préambule

L’environnement institutionnel qui prévaut dans la plupart des pays africains a continué d’évoluer en ce qui concerne la fourniture de services vétérinaires et d’élevage de qualité, abordables, accessibles et durables. Parmi les défis à relever pour le développement de l’élevage en Afrique, on peut citer la capacité insuffisante à générer, rassembler et gérer des informations pour un plaidoyer et une formulation de politiques fondés sur des preuves, le faible niveau d’engagement dans les processus politiques et les capacités de mise en œuvre inadéquates. L’analyse de ces problèmes constitue la base de l’approche du programme Live2 Africa, un programme quinquennal (2017 à 2021) financé par l’Union européenne (UE) et la Commission de l’Union africaine (CUA) et mis en œuvre par le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (UA-BIRA) avec l’objectif général de « soutenir la transformation du secteur de l’élevage en Afrique pour une contribution accrue au développement socio-économique et à la croissance équitable durables sur le plan environnemental et résistant au changement climatique ».

Le programme se concentre sur les points suivants :

Augmentation des investissements dans les chaînes de valeur de l’élevage [LVC] ;
Faire connaître les politiques, les cadres réglementaires et les stratégies visant à améliorer les performances des chaînes de valeur de l’élevage ;
Développement d’incitations et de mécanismes de financement novateurs pour accroître les investissements dans les chaînes de valeur de l’élevage ;
Amélioration des services de santé animale ;
Amélioration de la production animale, de la productivité et de la gestion des écosystèmes.

Par le biais du projet Live2Africa, l’UA-BIRA recherche les services de consultants d’une entreprise ou d’un consortium pour développer un curriculum et un contenu de cours pour un programme de formation sur la politique, l’investissement, la communication et le plaidoyer en matière d’élevage (LIPICA).
Justification

La nécessité d’accroître les investissements dans le secteur de l’agriculture a été reconnue au plus haut niveau des gouvernements en Afrique, comme en témoignent diverses initiatives, dont les suivantes :

La Déclaration de Maputo/Sirte de 2003/2004 qui était censée être la pierre angulaire du PDDAA et par conséquent d’autres cadres politiques régionaux et nationaux.
La Déclaration de Malabo a renouvelé la vision de l’Union africaine d’une « croissance et d’une transformation accélérée de l’agriculture africaine inclusive », comme indiqué dans l’Agenda 2063.
La « Stratégie de développement de l’élevage en Afrique (LiDeSA) », qui est censée contribuer à la transformation du secteur de l’élevage en exploitant son potentiel sous-utilisé. La stratégie a été élaborée en réponse à ces nouvelles initiatives.

Néanmoins, la volonté politique observée au cours des dernières décennies ne s’est pas pleinement traduite par des politiques, des législations, des investissements et des actions appropriés pour assurer un développement complet de l’élevage. Un certain nombre de facteurs ont contribué à cette situation, notamment

La capacité insuffisante des États membres, des communautés économiques régionales et des autres parties prenantes potentielles à :
Analyser, formuler et mettre en œuvre des politiques et législations en matière d’élevage ;
Justifier et fournir des preuves de l’augmentation des investissements dans le secteur de l’élevage.
défendre et communiquer efficacement le besoin d’investissement et de meilleures politiques.

D’autres défis découlent de la nécessité de répondre à l’augmentation prévue de la demande de bétail et de produits animaux. Les réponses attendues en matière d’offre nécessitent des politiques qui garantissent une commercialisation durable tout en s’attaquant aux externalités négatives.

En réponse à ces défis, les modules de formation visent à développer les connaissances, les aptitudes et les compétences en matière de formulation et d’analyse des politiques d’élevage, d’investissement et de défense des intérêts des États membres et des communautés économiques régionales.
Portée du travail

Sous la supervision directe du Chargé de Programme, les conseils d’un comité d’experts et la supervision générale du Directeur de l’UA-BIRA, le prestataire de services effectuera les tâches suivantes :

Réviser et mettre à jour le programme d’études de l’AU-IBAR sur la politique d’investissement, la communication et le plaidoyer par le biais de la consultation d’experts.
Développer un contenu de cours après l’élaboration du curriculum sur la politique, l’investissement, la communication et le plaidoyer en matière d’élevage ;
Soumettre le projet de rapport sur le curriculum et le contenu du cours.
Faciliter l’atelier de validation du curriculum et du contenu du cours ;
Soumettre la version finale consolidée du rapport sur le curriculum et le contenu du cours avec une présentation PowerPoint.

Produits livrables

Rapport initial
Rapport préliminaire
Rapport de l’atelier de validation
Rapport final
Programme d’études et contenu des cours LIPICA, avec proposition de méthodes d’enseignement.

Période de consultation

La période de consultation ne devrait pas dépasser une période de 2 mois à compter de juillet/août 2022 (immédiatement après la signature du contrat).
Proposition technique

Pour chaque consultation, les candidats doivent soumettre une proposition technique qui doit inclure :

Une description des méthodologies, pour mener la consultation selon les tâches et indiquer le nombre de jours pour accomplir cette tâche.
Un profil et les CV du/des consultant(s) qui entreprendront le travail, indiquant les qualifications académiques et l’expérience professionnelle pertinentes.
Des informations montrant l’expérience passée dans un domaine connexe, démontrant un inventaire des missions passées et actuelles de nature similaire.
Les adresses de contact (postales, électroniques et téléphoniques) d’au moins trois personnes de référence ou toute autre information susceptible de démontrer la capacité du consultant à mener à bien la mission de manière satisfaisante.
Documents administratifs légaux du cabinet de conseil ou de l’établissement de formation attestant de son existence depuis au moins cinq (5) ans et preuve de sa conformité fiscale.

Proposition financière

La proposition financière doit fournir une ventilation détaillée comprenant les honoraires du consultant, les frais de déplacement et l’indemnité journalière de subsistance pour les visites sur le terrain, le cas échéant, et les frais accessoires.
Critères d’évaluation

Les critères d’évaluation seront appliqués comme suit :

A- Exigences obligatoires
Aucune exigence O/N
1 Statut légal : Enregistrement/certificat d’entreprise ou autorisation d’exercer pour les institutions de formation avec preuve de conformité fiscale. Y
2 Doit être une entreprise de renforcement des capacités ou une institution de formation ayant une expérience dans le secteur de l’élevage. Y

B- Notation technique

La proposition technique pèsera 80%.
Critères Score maximum
Expérience 45
Expérience avérée dans le développement de politiques pour le secteur de l’élevage.

0 point pour moins de 4 ans
5 points entre 5 ans et 10 ans
10 points pour plus de 10 ans

10
Expérience spécifique (tâches similaires)

Maximum de 25 points pour la politique
Maximum de 5 points pour les investissements
5 points maximum pour la communication et le plaidoyer

5 points pour chaque tâche similaire jusqu’à un maximum de 30 points
(pour chaque tâche, indiquez le nom du client et le coût de la tâche) 35
Personnel/qualifications pertinentes 20
CV des consultants proposés 20
Méthodologie, approche et délai proposé 30
Méthodologie, approche et période proposée 30
Expérience en matière de formation en ligne 5

Le cabinet de consultants ou l’établissement de formation doit remplir les conditions obligatoires et obtenir un score d’au moins 70/100 afin d’être pris en considération pour la suite de l’évaluation.
Évaluation financière

La proposition financière pèsera 20 %. La proposition financière sera évaluée sur la base du coût total, du réalisme des coûts et utilisée en combinaison avec l’évaluation de la qualité technique pour déterminer la meilleure valeur.
Soumission des candidatures
Soumission des propositions

Les propositions techniques et financières doivent être soumises dans deux enveloppes distinctes, chacune portant clairement la mention « Proposition technique » ou « Proposition financière ». Les deux propositions doivent être incluses dans une seule enveloppe portant clairement la mention « titre de la consultation » comme sujet à [email protected].

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 18 juillet 2022 à 18h00, heure locale de Nairobi.

Similaires