Oxfam recrute pour ce poste (23 Juin 2022)

Informations sur l'Emploi

Titre du Poste : Consultant

Niveau Requis : Master

Année d'Expérience Requise : 5 ans

Lieu du Travail : Nigéria

Description de l'Emploi

Oxfam est une organisation mondiale de développement qui mobilise le pouvoir des gens contre la pauvreté. Au Nigeria, nous travaillons pour influencer le changement de politique en faveur des pauvres et des plus vulnérables, en promouvant la sécurité alimentaire et en soutenant les petits agriculteurs pour améliorer les moyens de subsistance des hommes et des femmes dans les zones rurales. Nous nous concentrons sur la satisfaction des besoins des personnes vulnérables, le sauvetage de vies, le maintien de revenus accrus pour les plus pauvres, la transformation des attitudes à l’égard des rôles et des droits des femmes.

Nous augmentons la citoyenneté active, ainsi que la responsabilité et la transparence des secteurs public et privé ; et au cœur de notre travail se trouve la conviction que les relations de pouvoir doivent changer pour permettre aux pauvres d’exiger et de revendiquer leurs droits. Nos valeurs fondamentales sont l’égalité, l’autonomisation, la solidarité, l’inclusivité, la responsabilité et le courage ; les piliers de notre travail national étant la gouvernance responsable, la justice entre les sexes et les économies justes

Introduction

Oxfam est une confédération internationale de 19 organisations travaillant dans plus de 95 pays à travers le monde pour trouver des solutions durables à la pauvreté et à l’injustice dans le monde. Chaque organisation (affiliée) travaille ensemble à l’échelle internationale pour obtenir un plus grand impact grâce à des efforts collectifs. L’objectif déclaré d’Oxfam est de veiller à ce que les besoins des personnes vulnérables soient satisfaits (sauver des vies et assurer des moyens de subsistance durables), de transformer les attitudes à l’égard des droits des femmes et de soutenir une citoyenneté plus active et un secteur public et privé plus responsable. En adoptant une approche fondée sur les droits et en solidarité avec les communautés, Oxfam travaille avec des partenaires, des institutions des secteurs public et privé pour parvenir à une économie plus juste avec des augmentations de revenus pour les plus pauvres et un soutien plus efficace aux personnes touchées par la crise ; et pour changer les attitudes du public afin que les droits des femmes soient respectés, pour parvenir à un État et des institutions du secteur privé plus responsables ; et une société civile plus forte dans laquelle les femmes et les hommes connaissent et peuvent revendiquer leurs droits.

Oxfam, en partenariat avec Development Exchange Centre (DEC), met en œuvre un projet de 54 mois financé par l’Union européenne et Oxfam dans l’État de Taraba, au nord du Nigéria. Le projet est intitulé « Soutien de l’Union européenne à la sécurité alimentaire et à la résilience dans l’État de Taraba (PROSELL) » et est mis en œuvre dans plus de 80 communautés rurales dans 6 zones de gouvernement local de l’État de Taraba.

PROSELL a renforcé les capacités d’environ 40 000 ménages ruraux qui dépendent de l’agriculture et des moyens de subsistance basés sur les ressources naturelles grâce au transfert de connaissances sur les meilleures pratiques, à l’accumulation d’actifs ménagers/productifs, aux services d’inclusion financière, aux liens avec les systèmes de marché, à l’adaptation au changement climatique et aux programmes de sécurité sociale. entre autres. Des preuves d’augmentation de la productivité et d’amélioration du bien-être parmi les participants au projet dans les 80 communautés rurales ont été rapportées. Les interventions PROSELL ont contribué à améliorer la situation de la sécurité alimentaire dans les communautés, car davantage d’aliments sont produits pour la consommation des ménages et pour une meilleure génération de revenus des ménages. Maintenant dans sa quatrième année de mise en œuvre,

L’objectif principal du projet est de renforcer la résilience des petits agriculteurs, pêcheurs et éleveurs dans diverses chaînes de valeur de produits de base et entreprises rurales. Ses objectifs spécifiques sont :

  1. Augmenter les revenus des petits agriculteurs en améliorant leur productivité agricole, leur accès au marché et la création d’emplois tout au long des chaînes de valeur des cultures, du poisson et de l’élevage.
  2. Améliorer les capacités d’adaptation et la résilience des ménages de petits agriculteurs face au changement climatique.
  3. Promouvoir la coopération et les avantages mutuels des agriculteurs, des éleveurs et de tous les acteurs de la chaîne de valeur.

Raisonnement

La sécurité alimentaire est depuis longtemps un objectif de développement majeur des gouvernements nationaux et internationaux. Le terme décrit une situation d’accès continu et sans entrave à des approvisionnements alimentaires adéquats et nutritifs qui sont toujours suffisants pour répondre aux besoins mentaux et physiologiques de la population. Au niveau national, la sécurité alimentaire prendra en compte l’autosuffisance dans la production alimentaire à l’intérieur des frontières nationales d’un pays, un bilan net positif du commerce alimentaire lors de la participation au commerce alimentaire international et une économie robuste qui soutient un pouvoir d’achat adéquat par habitant. Au niveau des ménages, la sécurité alimentaire implique que chaque membre du ménage ait un accès physique, économique et social aux produits alimentaires fournissant un besoin minimum de 2100 kilocalories d’énergie par personne et par jour à un rythme durable. Les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies (NBS, 2016) capturent pratiquement les indices prioritaires pour le développement mondial et la répartition équitable des ressources pour une économie mondiale durable. L’ODD 2 vise à Éradiquer la faim, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable à l’horizon 2030.  Certains des principaux objectifs fixés par l’ODD2 sont d’éliminer la  faim et de garantir l’accès de tous à une alimentation sûre, nutritive et suffisante toute l’année d’ici 2030 ; et mettre fin à toutes les formes de malnutrition, d’ici 2030.

Le Rapport mondial sur les crises alimentaires 2020  a  révélé que 135 millions de personnes dans 56 pays sont en crise alimentaire ou pire (Phases 3 à 5 des classifications IPC [1] /CH), 73 millions de ces personnes se trouvent en Afrique où des conflits armés prolongés, des changements climatiques le changement climatique et l’instabilité économique ont affaibli les systèmes de soutien alimentaire/nutritionnel. Le rapport a également classé  le nord du Nigeria parmi les 10 régions les plus touchées par la crise alimentaire dans les 56 pays étudiés. Selon le rapport, le nord du Nigeria compte plus de 5 millions de personnes en crise alimentaire, ce qui représente 5 % des 103,5 millions d’habitants analysés. En outre, 18,8 millions de personnes, représentant 18 % de la population étudiée dans le nord du Nigeria, sont en situation de stress alimentaire et risquent immédiatement de sombrer dans la crise alimentaire. La situation décrite ci-dessus est antérieure à la pandémie de COVID-19 qui a encore aggravé l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région.

Selon l’  enquête nigériane sur les niveaux de vie  (NLSS)  menée par le Bureau national des statistiques en décembre 2019, 4 Nigérians sur 10 sont extrêmement pauvres avec des taux de pauvreté urbaine et rurale de 18 % et 52 % respectivement. Cela implique que près de la moitié de la population est vulnérable à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. En 2019, l’  État de l’insécurité alimentaire dans le monde (SOFI) rapport estime que 13,9 millions d’enfants (43,6%) de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance et que 13,4% des Nigérians sont sous-alimentés. Bien que le SOFI ait signalé un faible taux de malnutrition aiguë globale (MAG) au Nigéria (7,0%), l’analyse intégrée de la classification de la phase de sécurité alimentaire (IPC) de la malnutrition aiguë menée de septembre 2019 à avril 2020 montre certains domaines dans les États touchés par des conflits armés (Borno, Les États d’Adamawa et de Yobe) ont des taux de malnutrition aiguë globale (MAG) supérieurs à 10 %. La situation nutritionnelle dans le pays sera encore aggravée en raison de la pandémie de COVID-19, des mesures restrictives et des systèmes de santé surchargés conduisant à la dépriorisation d’autres problèmes de santé, notamment la malnutrition, le paludisme et la tuberculose.

Mars 2022 L’analyse de la sécurité alimentaire du Cadre Harmonisé (CH) met en évidence des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et de malnutrition. La situation actuelle aurait +150% de personnes touchées par la crise par rapport à la même période l’année dernière. Au moins 7 millions de personnes devaient être en situation de crise alimentaire ou pire à partir de juin 2020 (+42% par rapport à cette dernière période de soudure), dont plus de 3,7 millions dans le Nord-Est uniquement (fardeau de la MAS : 289 197 enfants et 591 884 en besoin de nutrition et pour la première fois depuis une décennie une situation de type crise dans certaines parties du Nord-Ouest. En raison des perturbations du COVID-19 dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire, les experts suggèrent que ces chiffres vont encore augmenter. Le COVID-19 est un facteur de stress supplémentaire qui recoupe les conflits, l’insécurité, les modèles de changement climatique et les vulnérabilités chroniques, y compris la limitation de l’accès des populations aux services sociaux de base qui est plus susceptible d’exacerber les besoins existants et de créer potentiellement de nouvelles crises. La pandémie de COVID-19 affecte déjà les systèmes alimentaires directement par des impacts sur l’offre et la demande alimentaires, et indirectement – mais tout aussi important – par la baisse du pouvoir d’achat, de la capacité de produire et de distribuer des aliments et l’intensification des tâches de soins, toutes qui auront des impacts différenciés et affecteront plus fortement les pauvres et les vulnérables.

Maintenant dans sa quatrième année, PROSELL a travaillé avec et soutenu des ménages ruraux classés comme  très pauvres, pauvres, moyens  et  aisés  au départ. L’objectif du projet est d’aider à faire transiter autant de ménages trouvés dans les   groupes de richesse  Très Pauvres  et  Pauvres vers les Moyens  et  Aisés groupes socio-économiques sur la période de sa mise en œuvre. Il vise également à renforcer la résilience des moyens de subsistance de ces ménages ruraux face aux chocs et aux stress tels que le COVID-19 et d’autres situations d’urgence connexes. Aux fins du suivi des résultats, de l’apprentissage, de la redevabilité et de la gestion des connaissances, il est devenu impératif de procéder à une évaluation de la situation de la sécurité alimentaire des ménages vulnérables qui ont été soutenus par le projet au cours des quatre dernières années et demie. Il est également important d’examiner leurs capacités de résilience du point de vue de l’absorption, de l’adaptation et de la transformation tout en étudiant la pertinence, la durabilité et l’appropriation de divers systèmes de renforcement de la résilience établis sur les sites du projet.

Objectif de l’étude

L’objectif principal de cette étude est d’évaluer les situations de sécurité alimentaire parmi les participants au projet dans les zones rurales de l’État de Taraba où la mise en œuvre est en cours. L’évaluation examinera également dans quelle mesure la résilience des ménages vulnérables dans ces sites de projet a été renforcée. Le devoir aidera à faire ce qui suit :

  1. Analyser les caractéristiques socio-économiques des participants échantillonnés
  2. Effectuer une évaluation de la sécurité alimentaire des ménages ruraux dans les communautés PROSELL de l’État de Taraba ;
  3. Déterminer dans quelle mesure la résilience rurale a été renforcée parmi les participants au projet et leurs communautés ;
  4. Vérifier l’amélioration ou non des apports alimentaires des ménages.
  5. Évaluer certains risques et lacunes sous-jacents des membres de la communauté face à l’insécurité alimentaire.
  6. Déterminer les facteurs responsables de l’amélioration, ou non, des situations de sécurité alimentaire des ménages ruraux et leurs stratégies d’adaptation ;
  7. Faire des recommandations appropriées pour les différentes catégories de parties prenantes décrites ci-dessous afin d’assurer la durabilité des résultats du projet.

Public et utilisation des résultats

Les résultats de la recherche seront utilisés pour l’amélioration de la qualité, la programmation fondée sur des preuves et le plaidoyer ciblant le gouvernement, les dirigeants communautaires, les institutions traditionnelles, les organisations communautaires (CBO), les agences de développement et les communautés de donateurs. Les résultats de la recherche contribueront également aux connaissances existantes sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience rurale et la protection sociale adaptative.

Les résultats de cette évaluation aideront Oxfam et ses partenaires à enrichir leurs travaux de programmation sur les moyens de subsistance afin d’approfondir la résilience des populations vulnérables dans tous les contextes. Cela nous encouragera également dans des arguments fondés sur des faits pour convaincre les parties prenantes de la nécessité de développer un ensemble complet d’interventions qui peuvent renforcer les capacités des personnes à assumer leurs droits face aux chocs et aux tensions.

MÉTHODES SUGGÉRÉES

Cette étude sera menée auprès des participants au projet dans l’État de Taraba. On s’attendra à ce que la technique d’échantillonnage appropriée soit appliquée à la population étudiée pour arriver aux tailles d’échantillon qui seront utilisées pour l’étude. La liste des participants au projet qui ont été ciblés et traités avec des interventions pertinentes sera présentée à l’usage des consultants.

Les personnes ou entreprises engagées pour cette mission proposeront leurs propres méthodologies conformes au cadre standard de méthodologie de reporting. La méthodologie doit inclure des outils de collecte de données primaires et secondaires pour les données quantitatives et qualitatives à collecter. En outre, il devrait adopter certaines approches d’évaluation rurale participative et, dans la mesure du possible, il doit y avoir une certaine forme d’  analyse contrefactuelle  dans la méthodologie à adopter pour fournir des preuves de la contribution du projet.

Le consultant doit adopter des procédures statistiques standard pour atteindre la taille d’échantillon requise pour l’étude. Un échantillonnage approprié des participants au projet (cohérent avec une puissance d’étude optimale) devra être effectué pour produire une taille d’échantillon statistiquement significative à engager à l’aide d’un questionnaire structuré, d’entretiens avec des informateurs clés (KII) et de discussions de groupe (FGD). La méthodologie à utiliser pour cette étude devra être pertinente dans la collecte de données quantitatives et qualitatives appropriées, principalement d’origine primaire, pour saisir et analyser les indicateurs de résultats importants suivants en matière de sécurité alimentaire et de résilience :

  1. Score de consommation alimentaire (FSC)
  2. Indice des stratégies d’adaptation (CSI)
  3. Score de diversité alimentaire des ménages (HDDS)
  4. Accès communautaire à la nourriture – Systèmes et structure
  5. Fonctionnalité et couverture du groupe d’entraide
  6. Couverture et efficacité du système d’alerte précoce
  7. Gestion communautaire des risques de catastrophe
  8. Facteurs affectant la sécurité alimentaire

Des outils de collecte de données numériques seront utilisés autant que possible, tandis que des procédures et des logiciels d’analyse de données appropriés devront être utilisés pour l’analyse des données.

CHRONOLOGIE

Cette évaluation débutera la deuxième semaine de juillet 2022 et devrait être achevée d’ici le 10 août 2022. Un examen formel du rapport final avec les consultants sera organisé par Oxfam.

LIVRABLES

Les livrables suivants sont attendus du consultant :

  • Réunion de lancement
  • Rapport initial
  • Rapport d’étape
  • Premier projet de rapport
  • Des rapports détaillés pour chacune des activités décrites dans la portée des travaux. Les rapports doivent être structurés comme suit : résumé, introduction, objectifs, méthodologie, résultats/conclusions, recommandations, défis, conclusion. Le rapport principal et final ne doit pas dépasser 45 pages.
  • Registre de tous les répondants KII interrogés et des représentants des participants aux FGD.
  • Présentation PowerPoint avec visuels/infographies, résumant les principaux résultats de l’évaluation, les méthodologies et les recommandations.
  • Un minimum de 3 études de cas/histoires humaines avec de bons visuels qui mettent en évidence les objectifs clés ci-dessus. Cela devrait montrer quelle était la situation avant l’intervention d’Oxfam, démontrer clairement comment l’intervention d’Oxfam a contribué à ces changements transformationnels et l’impact qu’elle a sur les niveaux individuel, familial et communautaire (le cas échéant). Veuillez vous référer au modèle d’étude de cas d’Oxfam pour obtenir des conseils.
  • Une note d’orientation
  • Des photographies de haute qualité
  • Toutes les données collectées sur le déroulement de la consultation.

Qualification et expérience du consultant

Le consultant principal doit :

  1. Avoir au moins une maîtrise en économie, en études du développement, en résilience, en développement rural ou dans un domaine connexe.
  2. Avoir au moins cinq ans d’expérience dans la réalisation d’études d’impact et de recherche sur la sécurité alimentaire
  3. dans les secteurs du développement et avoir une bonne compréhension du concept de résilience.
  4. Expérience apparentée et requise dans les approches de programmation de la sécurité alimentaire, des moyens de subsistance, de la résilience et des systèmes de marché telles que les missions d’évaluation de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance, etc.
  5. Familiarisez-vous avec l’application de thèmes transversaux tels que l’intégration du genre.
  6. Démontrer une compréhension de l’approche d’Oxfam en matière de résilience.
  7. Avoir une expérience avérée de l’analyse de données qualitatives et quantitatives.
  8. Avoir d’excellentes compétences en analyse et en rédaction de rapports avec des compétences dans l’utilisation de progiciels statistiques tels que SPSS, STATA, etc. Nous accueillons un consultant ayant des compétences dans l’utilisation d’autres progiciels statistiques pertinents qui pourraient être adaptés à la mission.
  9. Avoir une expérience de travail au Nigeria.
  10. Maîtriser l’anglais parlé et écrit

Gestion de projet

Tous les documents, conceptions de projets, données et informations doivent être traités de manière confidentielle et ne doivent pas, sans l’approbation écrite d’Oxfam, être mis à la disposition de tiers. L’utilisation des rapports relève uniquement de la décision et de la discrétion d’Oxfam, tandis que tous les documents contenant à la fois des données/matériels bruts fournis par Oxfam et le rapport final, à la fois sur support papier et sur papier, doivent être renvoyés à Oxfam à la fin de la mission. Tous les documents et rapports rédigés en raison de cette mission ou autrement liés à celle-ci, resteront la propriété d’Oxfam. Aucune partie du rapport ne doit être reproduite ou publiée sans l’autorisation écrite préalable, expresse et spécifique d’Oxfam.

ApplicationLes consultants/entreprises intéressés et qualifiés doivent soumettre leur manifestation d’intérêt (proposition technique et financière) à  [email protected]  avant le 26 juin 2022 à 17 heures.Les consultants qualifiés DOIVENT soumettre entre autres les éléments suivants :

  • Proposition technique montrant une compréhension claire des termes de référence et des méthodologies à adopter.
  • CV du (des) consultant(s) (y compris le profil de l’entreprise dans le cas des entreprises) qui entreprendra l’étude, y compris le nom complet, le(s) numéro(s) de téléphone.
  • Preuve de missions similaires antérieures menées avec succès.
  • Compléter et signer un RFQ
  • Remplir et signer un formulaire d’inscription du fournisseur
  • S’il s’agit d’une entreprise, le certificat d’inscription doit être ajouté
  • Budget proposé indiquant clairement les honoraires du consultant et tous les coûts logistiques en monnaie locale (NGN).

La portée de cette consultation comprend toutes les dispositions logistiques nécessaires pour que le consultant et son équipe réalisent les travaux décrits et doivent donc être reflétées dans la proposition financière de cette consultation. Pour éviter toute ambiguïté, ces coûts comprennent le transport, l’hébergement, l’alimentation et d’autres besoins accessoires de l’équipe.

Équipe de direction

Ce travail sera géré par une équipe composée du gestionnaire de programme, Just Economies, du responsable de la qualité et de la conformité, du gestionnaire de projet PROSELL et du personnel PROSELL concerné du DEC dans l’État de Taraba.

Similaires