L’ONG DanChurchAid (DCA) recrute pour ce poste (23 Juin 2022)

Informations sur l'Emploi

Titre du Poste : Consultant Étude de base du projet

Niveau Requis : Diplôme universitaire supérieur

Année d'Expérience Requise : 5 ans

Lieu du Travail : RCA

Date de Soumission : 03/07/2022

Description de l'Emploi

DCA intervient en RCA depuis 2015 à travers un programme intitulé : « Pour des Communautés plus sûres » dans les préfectures de la Nana-Mambéré, la Mambéré-Kadei, l’Ombela M’Poko, la Lobaye et Bangui la capitale. Ce programme était financé par l’Agence Danoise pour le Développement International (DANIDA). Dans le but de stabiliser les communautés, l’ONG Internationale DanChurchAid (DCA) encourage l’organisation d’analyses participatives sur les conflits et les violences armées ainsi que l’élaboration des plans locaux de développement et de sécurité appelés plans d’action pour la paix et le développement communautaire (PAPDC). De plus, DCA organise des activités de sensibilisation et d’éducation aux risques (ER) sur les restes et explosifs de guerre (REG) et sur les armes légères et petits calibres (ALPC). En 2015, les activités de DCA étaient focalisées sur la réduction de la violence armée (RVA), l’éducation des risques liés aux engins non-explosés dans les préfectures de l’Ouham et la Nana-Gribizi avant de s’étendre en juin 2016 dans les préfectures de la Vakaga, la Nana-Mambéré, la Haute-Kotto, la Ouaka, la Mambéré-Kadei, la Sangha Mbaéré et Bangui. De janvier 2019 àmars 2022, DCA a conduit un projet d’« Appui à la consolidation de la paix, la réconciliation nationale et la résolution pacifique des conflits en RCA – Renforcement de l’engagement des organisations de la société civile dans le secteur de la sécurité en RCA » sur une durée trois (3) ans sous financement de l’Union Européenne (UE) dans le cadre de l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP) couvrant quarante-deux (42) sous-préfectures dans neuf (9) préfectures de la République Centrafricaine, notamment la Kémo, le Mbomou, la Mambéré-Kadéi, la Nana-Mambéré, la Nana-Gribizi, la Ouaka, l’Ouham, l’Ouham-Pendé et l’Ombella M’Poko y compris Bangui en vue de contribuer à l’amélioration de la situation sécuritaire en République Centrafricaine par la participation de la société civile au processus de réforme du secteur de sécurité (RSS).

Conciliation Resources est une organisation internationale de consolidation de la paix engagée à mettre fin aux conflits violents et à créer des sociétés plus pacifiques. Conciliation Resources opère en RCA depuis 2010, délivrant des projets communautaires de consolidation de la paix à Sibut, Kaga-Bandoro Paoua, Bossangoa, Carnot, Bria, N’délé, Obo, Zémio et Bangui. L’objectif de Conciliation Resources en RCA est de renforcer les mécanismes locaux de paix tout en renforçant les liens entre les processus de paix locaux et nationaux. Parmi les principales réalisations de Conciliation Resources en RCA sont l’appui des structures locales de paix (comités de paix, comités de transhumance, associations de jeunes), la promotion d’un rôle accru des jeunes dans les processus de paix locaux et nationaux et l’appui aux organisations de la société civile dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un dialogue décentralisé mettant en lumière les voix des communautés touchées par le conflit.Depuis le 1er mai 2022, DCA s’est engagée dans un partenariat de dix-huit (18) mois avec l’Union Européenne dans le cadre de l’Instrument de Voisinage, de Coopération au Développement et de Coopération Internationale (UE-NDICI) dans cinq (5) préfectures de la RCA entre autres la Kémo (Sibut Centre, Ngoumbélé), de l’Ouham (Bossangoa Centre, Koro-M’Poko, Ndomboli, Soungbè, Ouham-Bac) de la Ouaka (Bambari Centre, Danga-Gboudou, Ngoumbia, Pladama-Ouaka), de la Nana-Mambéré (Bouar Centre, Gallot, Herman-Brousse, Yenga) et de la Nana-Gribizi (Kaga-Bandoro Centre, Botto, Nana-Outta, Ndenga) en consortium avec l’ONG Internationale Conciliation Resources (CR) et les ONG Nationales Organisation des Jeunes Leaders pour le Développement (OJLD) à Bouar, La Fondation Végas Jeunes pour le Développement (FVJD) à Sibut, Les Flamboyants (LF) à Bambari, Vision Enfant République Centrafricaine (VERCA) à Kaga-Bandoro et la Plateforme des Confessions Religieuses (PCR) à Bossangoa soit dix-neuf (19) communes au total.

Ce projet de « Renforcement de la résilience et des capacités locales pour la paix en RCA » a pour objectif d’améliorer la sécurité, les relations plus pacifiques et la résilience des communautés face à la violence au niveau local contribuant à créer un environnement propice au processus de paix national. Il vise travailler avec les ONG nationales, les mécanismes de paix locaux qui inclus les groupes ou structures, les autorités locales et religieuses œuvrant dans l’identification et le traitement des facteurs locaux de conflit mais également les opportunités de paix pour le renforcement de la confiance et la prévention des violences fondées sur les besoins inclusifs des communautés. Ce projet propose de renforcer les capacités structurelle et organisationnelle des ONG locales ciblées, de formation, dialogue, plaidoyer, d’élaboration des plans d’action communautaire pour la consolidation de la paix, de conduite des initiatives locales de paix par le biais de petites subvention, des conférences de paix, soutien à l’inclusion des femmes et des groupes marginalisés au processus de paix, des apprentissages sur les initiatives locales de paix, la sensibilisation et la vulgarisation des efforts à travers les médias.

Cette action vise à atteindre des groupes à deux (2) niveaux :

Groupes cibles directes : 38 mécanismes de paix locaux existant dans 19 communes des sous-préfectures de Bambari, Bouar, Bossangoa, Kaga-Bandoro et Sibut avec un total estimatif de 570 membres. Ces mécanismes comprendront aussi les structures soutenues par DCA lors de la précédente action (UE-REPAC) en vue de consolider l’impact et 380 membres des groupes marginalisés.

Par ” mécanisme de paix local “, cette action entend des individus, des initiatives, des groupes, des organisations, des réseaux ou des structures qui s’engagent dans des activités visant à identifier et à traiter les facteurs locaux de conflit et les opportunités de paix. Il peut s’agir d’organisations ou de réseaux de la société civile, de groupes de femmes et de jeunes, de comités de paix et de réconciliation, de leaders ou de plateformes confessionnelles, de leaders formels ou informels de la communauté (par exemple, des chefs ou des maires), etc.

Groupes cibles indirectes : 124 représentants des autorités locales, préfectorales et nationales, 2000 membres de la communautés participants aux activités.

Les bénéficiaires finaux de l’action sont estimés à 530 personnes par commune cible soit environ 10 000 membres des communautés affectées par le conflit.

L’action s’appuiera sur la confiance et les mécanismes de paix et les groupes marginalisés et s’inscrit dans une stratégie globale de l’Union Européenne qui consiste à appuyer la consolidation de la paix, la réconciliation nationale et la résolution pacifique des conflits en RCA. De plus, il s’aligne avec l’objectif du développement durable (ODD) 16 qui consiste à « promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ».

L´annexe 1 de ces Termes de Référence contient une synthèse des approches du projet par résultat. L´annexe 2 présente le cadre logique du projet. L’annexe 3 présente les zones d’interventions du projet.

  1. Objectifs de l’étude :

Celle-ci est l´étude de base du projet EU-NDICI, dont l´implémentation a débuté le 1er mai 2022. Elle consiste à établir une situation de référence détaillée des différents indicateurs qualitatifs et quantitatifs du projet dans les zones ciblées de sorte que l’information obtenue puisse informer et soutenir la mise en œuvre des activités du projets.

En outre, elle permettra de mesurer les indicateurs et valider les hypothèses du projet, d’avoir une meilleure compréhension de la situation actuelle de la consolidation de la paix, des dynamiques des conflits, de la notion du genre, leur analyse sensible, l’inclusion des groupes marginalités dans les mécanismes de paix locaux et initiatives locales de paix, la cartographie des mécanismes de paix locaux dans toutes les communes, d’affiner le plan de suivi et évaluation global du projet, d’identifier les facteurs qui sont susceptibles et d’affecter l’atteinte des objectifs du projet.

  1. Objectifs de l´évaluation

L’implémentation de ce projet étant à son début, cette évaluation facilitera la compréhension des mécanismes conduisant vers les impacts attendus et imprévus. L’étude sera menée dans toutes les zones ciblées par le projet et vise à atteindre les objectifs suivants :

  • L’identification des valeurs de base des indicateurs qualitatifs et quantitatifs du cadre logique
  • La cartographie des mécanismes locaux (formels et informels) existant dans la zone de projet y comprise une analyse sensible au genre des forces/faiblesses et de besoin de chaque mécanisme de paix local
  • Une analyse de la participation des groupes marginalisés dans les mécanismes de paix locaux (y compris l’identification des obstacles qui peuvent limiter cette participation actuellement)
  • L’identification et l’analyse des différentes types de conflit dans chaque zone et les réponses à ces conflits (par les mécanismes locaux de paix ou d’autres acteurs le cas échéant).
  • La formulation des recommandations pour une meilleure adaptions des activités.
  • Cette étude sera diffusée auprès des équipes de DCA et CR basées en RCA et au niveau des sièges des organisations mais également auprès des ONG nationales partenaires et autorités locales et administratives de tutelle. L´évaluation contribuera à la production et gestion de connaissance et à sa capitalisation au sein des organisations, potentiellement influençant l´implémentation d´approches similaires sur des contextes comparables à la RCA.
  • Finalement, cette évaluation est de l´intérêt du bailleur de fond dans la mesure qu´elle fera le point sur la pertinence stratégique de ce projet aussi bien que sur l´utilisation efficace et efficiente des fonds de l´UE.
  1. Cadre méthodologique :

La méthodologie proposée devra combiner une collecte de données qualitatives et quantitatives avec un processus participatif et présentera clairement la méthodologie et l’approche à entreprendre. Une revue de littérature pointue permettra de recueillir des données pertinentes concernant les zones d’intervention. De plus, le consultant collectera les données en vue de renseigner les indicateurs d’intérêt et de démontrer une analyse objective et approfondie.

Toutes les données qualitatives et quantitatives recueillies dans le cadre de l’étude doivent être désagrégées par localité géographique, âge et sexe.

Les indicateurs à renseigner au cours de cette étude sont énoncés dans le cadre logique annexé.

  1. Calendrier indicatif et processus d’évaluation :

Cette étude se déroulera du 1er juillet au 1er août 2022

Phase 1 (une semaine)

  • Réunion d’information et de cadrage avec DCA, CR et le consultant sélectionné
  • Revue documentaire
  • Préparation et validation du rapport de démarrage de l´évaluation, y-incluant la matrice de l´évaluation, sa méthodologie, les outils de collecte de données et le plan de travail.

Phase 2 (deux semaines)

  • Identification et formation des agents de collecte et pré test des outils
  • Collecte des données et informations sur le terrain dans les cinq zones du projet
  • Analyse et interprétation des données

Phase 3 (une semaine)

  • Rédaction du rapport provisoire
  • Soumission de la première version du rapport à DCA et CR
  • Présentation des résultats préliminaires à DCA et CR

Phase 4 (une semaine)

  • Commentaires et suggestions de DCA et CR sur le rapport provisoire
  • Incorporation des commentaires et finalisation du rapport final
  • Soumission de la version finale du rapport d’évaluation
  1. Livrables attendus :

1. Rapport de démarrage

Le rapport de démarrage détaillera la compréhension que le consultant a de l´objet et des raisons de l´étude de base. Le rapport doit expliciter comment chaque question de l’évaluation sera répondue au moyen de méthodes, les sources de données, et les procédures de collecte de données proposées. Le rapport de démarrage devra inclure une matrice d´analyse, un calendrier de tâches, d’activités et de livrables, tout en désignant une équipe membre ayant la responsabilité principale de chaque tâche ou produit. Le rapport de démarrage doit clairement indiquer comment la sensibilité au genre sera respecté dans le cadre de la collecte et l’analyse des données.

2. Rapport provisoire

3. Rapport final

Les rapports provisoires et finaux suivront la structure suivante :

  • Liste des acronymes et abréviations
  • Table des matières
  • Recommandations tirées de l´évaluation (une page)
  • Résumé exécutif (trois pages)
  • Rapport d´évaluation (25 pages)
    • Introduction et contexte
    • Portée et objectifs de l’évaluation
    • Approche méthodologique et limitations de l´étude
    • Résultats de l´évaluation : Chaque sous-section devra être structurée de la manière suivante : 1) constat général, 2) analyse plus détaillée du constat général, 3) ventilation entre les différentes zones de projet
    • Conclusion et recommandations : Les recommandations doivent se référer directement au cadre prédéfini du projet (stratégie d’intervention, théorie de changement, stratégie de ciblage, évaluation des risques, activités proposées, etc.)

Le rapport de l’évaluation de base inclura aussi les annexes suivantes :

    • Termes de référence
    • Liste des documents consultés
    • Outils utilisés
    • Liste des intervenants consultés
    • Base de données de l’étude
    • Calendrier de l’étude.
  1. Compétences et qualifications requises :

Le consultant devra justifier des qualifications ci-après :

  • Être titulaire d’un diplôme d’études supérieures en administration publique, sciences sociales ou autre discipline pertinente
  • Avoir une expérience pertinente d’au moins 5 ans en matière de suivi et évaluation et de gestion de projets et programme similaire
  • Une expérience avérée en matière de conduite d’études de référence au niveau national et/ou international
  • Une forte expérience dans la conduite d’évaluation de projets, en particulier dans des contextes de pays en situation de conflit ou post-conflit et démontrer une connaissance solide sur les questions de consolidation de la paix, et de renforcement des ONG nationales et mécanismes de paix locaux
  • Expérience de travail en République Centrafricaine et/ou très bonne compréhension du contexte et les dynamiques liés au conflit et au genre
  • Excellente capacité d’analyse, de synthèse et de rédaction de rapports et bonne connaissance des méthodes de collecte, d’analyse de données et de présentation des résultats
  • Connaissance des procédures de l’Union Européenne
  • Disponibilité pour conduire cette évaluation de manière immédiate
  • Parler et écrire couramment le français qui sera la langue de travail pendant toute la mission et une connaissance des langues locales est considérée comme un atout.
  1. Considérations éthiques :

Le consultant doit respecter les droits des personnes interviewées en leur garantissant confidentialité et sécurité. Le consultant s’engage à lire, comprendre et signer la politique et code de conduite DCA auxquels il devra se conformer. Le rapport de cette étude est la propriété de DCA et CR qui décide de son usage. Les droits d’auteur reviennent à l’équipe de l’étude de base. Les trois parties (DCA, CR et le consultant) conviennent d’observer la confidentialité sur toutes les informations liées à l’étude.

  1. Modalités d’exécution :

Tout au long du processus, le consultant travaillera en étroite collaboration avec les équipes de DCA et CR chargée de la gestion de l’étude. Ces équipes coordonneront le suivi avec l’équipe du consultant. Elles examineront et approuveront les livrables de l’étude. Une réunion de cadrage entre le consultant et ces équipes permettra d’harmoniser la compréhension des présents termes de référence et de valider la méthodologie proposée par le consultant.

Le consultant sera responsable de la logistique, de la communication et du secrétariat (impression de la documentation, etc.). Le consultant est également responsable de l’administration de tous les outils de l´évaluation. DCA et CR faciliteront le processus en fournissant les documents pertinents liés à cette étude ainsi que les contacts des partenaires et des personnes ressources.

Les propositions techniques et financières devront comprendre les éléments suivants :

    • Offre technique – CV du/des membres clef de l’équipe – Offre financière – Un échantillon des rapports d’études initiales développés pour des missions similaires

Les candidatures sont recevables en français à [email protected] avec copie à [email protected][email protected][email protected][email protected] et [email protected] au plus tard le 04 juillet 2022 17h00 CET.

  1. Annexes :

Les annexes suivantes font partie intégrale de ces Termes de Référence :

  1. Résumé du projet
  2. Cadre logique
  3. Liste de préfectures et sous-préfectures ciblées par le projet.

Pour l’obtention des Annexes; envoyez un email a [email protected][email protected], et [email protected]

Similaires